« ALERTE » au Palais deTokyo du 25 fév au 18 mars !

Palais TokyoPalais Tokyo_2amnesty_logo1.png

Amnesty International s’associe au Palais de Tokyo pour présenter du 25 Février au 18 Mars 2013 une « ALERTE » intitulée « Nul ne sera soumis à la torture ».
Les Alertes sont des invitations faites à des artistes et des commissaires d’exposition à investir un espace du Palais de Tokyo et à réagir au fil brûlant de l’actualité, qu’elle soit politique, économique ou émotionnelle.

Cette ALERTE est consacrée aux actes de grave violence qui sévissent en Syrie depuis 2011
. Elle sera suivie d’une « vague blanche » à l’échelle internationale le 15 mars dont nous reparlerons lors d’un prochain post.

Carte blanche a été donnée au collectif Denùncia qui met en exergue les divers modes de tortures mis en place par les gouvernements depuis une quarantaine d’années.
Le collectif Denùncia revient sur les actes de torture en Syrie, en filigrane avec les scènes de torture en Amérique-Latine dans les années 1970, dans une Salle noire de la Torture !

En Syrie, le recours à la torture et autres formes de mauvais traitements est un instrument de répression central du gouvernement depuis des décennies. Depuis 2011 le phénomène s’est intensifié.
Il y a maintenant deux longues années, le peuple syrien s’est soulevé pour réclamer la démocratie et des libertés fondamentales. Cet élan a été brisé par une répression violente, transformant au fil des mois une revendication pacifiste en lutte armée.
La torture et les autres mauvais traitements en Syrie prolongent une attaque généralisée et systématique contre la population civile. Inscrite dans le cadre d’une politique de l’État, ces pratiques constituent, de ce fait, des crimes contre l’humanité.

Oser descendre dans la rue pour manifester, soutenir les protestations, diffuser des informations à ce sujet, faire état de violations de la part du gouvernement, porter assistance aux personnes blessées par les forces de sécurité… Tous ces actes exposent à la torture et personne n’est épargné. Parmi les victimes on compte aussi des enfants. Les prisonniers quant à eux sont détenus au secret, souvent pour de longues durées, sans pouvoir recevoir de visites de leurs familles ou de leurs avocats, dans des conditions qui trop souvent équivalent à des disparitions forcées.

Dans de nombreux cas, la torture ou les autres mauvais traitements sont si cruels et violents que les victimes meurent en détention.

L’impunité qui entoure ces crimes est totale !

Informations pratiques :
Nul ne sera soumis à la torture, l’alerte du Palais de Tokyo
Du 25 Février au 18 Mars 2013
Horaires : 12h-24h
Entrée Libre

En savoir plus sur le site d’Amnesty France

A savoir : Le centre de soins de l’Association Primo Levi, situé à Paris, accueille gratuitement des personnes qui ont subi la torture et la violence politique dans leur pays d’origine et qui sont venues chercher refuge en France, quel que soit leur statut administratif.

Accéder au site du centre Primo Lévi

Primo Levi

« Depuis lors, à une heure incertaine,
Cette souffrance lui revient,
Et si, pour l’écouter, il ne trouve personne,
Dans la poitrine, le cœur lui brûle. »

Primo Levi
Le Survivant
(extrait)

2 réunions publiques autour de l’enfermement de mineurs

1 – « La fin de l’enfermement des enfants ? »
Organisée par l’Observatoire de l’enfermement des étrangers

>> Lundi 25 février 2013 à 18H00
à la Ligue des Droits de l’Homme,
138 rue Marcadet, paris 18ème
Métro Lamarck (ligne 12), bus 31 et 60
Salle Dreyfus

Inscription recommandée : obs.enfermement@gmail.com

Il y a un an, la France était condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme pour ses pratiques en matière de détention d’enfants étrangers*.

Il y a un an, en réponse à l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) et au Réseau éducation sans frontières (RESF) qui réclamaient publiquement « que cesse immédiatement et définitivement l’enfermement des enfants et mineurs étrangers »**, le candidat François Hollande prenait « l’engagement, [s’il était] élu à la présidence de la République, à mettre fin à la rétention des enfants et donc des familles avec enfants ».

Pourtant, en 2013, la question du placement dans les centres de rétention d’enfants mineurs accompagnant leurs parents est toujours d’actualité. La circulaire du 6 juillet 2012, qui invite les préfets à préférer l’assignation à résidence pour les familles avec enfants, contribue à l’empilement des dispositifs d’enfermement. Le placement en rétention d’enfants mineurs est toujours possible, et il est pratiqué. La jurisprudence européenne n’est donc pas appliquée aujourd’hui par les préfectures ou par certaines juridictions, tant en métropole que sur les territoires d’Outre Mer.

2 – « La situation des mineurs isolés étrangers à Paris »

Organisée par la Ligue des Droits de l’Homme 8e/17e, le GISTI et l’Église réformée des Batignoles

>> Mardi 26 février 2013 à 18 heures 30
Lieu: Église réformée de France – 44 Bd des Batignolles 75017 Paris

Pour voir en ligne le programme et les intervenants

Viol, arme de guerre – Un documentaire à voir sur LCP

Documentaire de 52 min réalisé par Fabrice GARDEL et Sabrina SUBASIC

Depuis la création des tribunaux pour l’Ex-Yougoslavie et le Rwanda, les plaintes pour crimes contre l’humanité se multiplient.

viol-une-arme-de-guerre_610340_1

« Viol, arme de guerre » met en lumière les histoires des victimes des crimes de guerre en Ex-Yougoslavie : Esmija raconte comment elle a été séquestrée et violée devant ses enfants tandis que Dika et Nuska retournent au tristement célèbre camp d’Omarska.
Torture, exécutions, viols : Omarska était un véritable camp d’extermination. les deux amies, qui ont été séquestrées ensemble, racontent les sévices, les humiliations dont elles ont été victimes. un homme aussi témoigne.
Si Edo parle, c’est que sa femme ne peut plus le faire. d’origine allemande, elle s’est suicidée après avoir été violée. Murée dans le silence, « elle n’a pas pu supporter la vie après »…
enfin, il y a Jasna, dont les deux enfants ont été tués et jetés dans un charnier : « Je pouvais tout imaginer : les tueries, les viols, qu’ils ont tué mon mari… Mais qu’ils tuent des enfants, cela n’a pas pu rentrer dans ma conscience ». Jasna veut témoigner car toutes les autres femmes qui ont été détenues avec elles sont mortes.

Face à ces témoignages se tiennent les visages impassibles et les déclarations sans remords des bourreaux inculpés devant le tribunal pénal international de la Haye.
Le procès de Slobodan Milosevic devant la Cour internationale de La Haye jette une lumière crue sur les terribles agissements des Serbes en Bosnie, lors de la guerre consécutive à l’éclatement de la Yougoslavie, entre avril 1992 et décembre 1995.
Face à ces souffrances infinies, le masque impassible des bourreaux et leur déclarations dépourvues de tout remords devant le Tribunal pénal international de La Haye.

Dans l’acte d’accusation pour génocide qui frappe Milosevic apparaissent deux crimes inédits dans ce genre de procès : le viol et l’esclavage sexuel.

Au-delà des histoires personnelles, ce film émouvant et dur lève le voile sur les ressorts politiques de ces viols utilisés comme arme de guerre.

Le programme des diffusion et rediffusion est le suivant :

Vendredi 22 février 2013 à 20h30
Dimanche 24 février 2013 à 01h00
Mardi 26 février 2013 à 19h30
Vendredi 1er mars 2013 à 23h50
Dimanche 3 mars 2013 à 22h25
Jeudi 7 mars 2013 à 20h35

Ce documentaire vient en complément du film de Juanita Wilson « As if I am not there » soutenu par Amnesty et dont nous reparlerons ultérieurement…

Tests ADN de Hank Skinner : What else ?

Pour faire suite à l’appel de Sandrine et Hank Skinner que nous avions relayé le 23 janvier dernier, sachez que cet appel a très bien fonctionné, au-delà même de ce qui était espéré…

Ainsi d’autres tests complémentaires encore pourront être menés.

Sandrine Ageorges Skinner, espère que ces nouvelles analyses pourront enfin l’innocenter !..

Les premiers résultats ADN ont parlé : un profil ADN inconnu a été relevé sur la manche d’un couteau présenté comme l’arme du crime.

Les dernières nouvelles des test ADN de Hank Skinner sur ce lien RFI

…..
……….
>> La culture carcérale aux Etats-Unis est un véritable phénomène de société.

Incarcération de masse s’il en est : 2,257 millions de détenus aux USA soit 25% de la population carcérale mondiale. Cela représente 1 adulte nord-américain / 100 mais 1 adulte noir / 15 ; 65 000 enfants !

En terme de budget, c’est 6 fois plus que celui de l’éducation.

Yasmine BOUAGGA (Chercheuse en anthropologie de l’EHESS) a mené une étude sur « les conséquences mentales de l’incarcération sur les détenus dans l’Etat du Washington ».

Sur ce lien (france Culture), elle nous explique le système américain , le « super max », l’informatisation sur base de données du « scoring » déterminant les facteurs de risques justifiant de manière bureaucratique l’enfermement en « super max », l’idéologie comportementaliste sous-jacente…

Sur ce même lien, vous trouverez un peu plus loin un interview très intéressant de Daniel ATKINSON (Ethnomusicologue) qui a mené une étude en Louisiane et nous parle notamment de la prison « Angola » de triste réputation où sont précisément enfermés Herman Wallace et Albert Woodfox dont nous vous donnions des nouvelles le 15 février dernier dans notre article Des réponses à nos courriers…
A l’heure où le film « Lincoln » passe sur nos écrans de cinéma, passez voir cette vidéo (17 min) illustrant le travail de D. Atkinson à la plus grande prison du monde « Angola » , passée de plantation esclavagiste à prison… (les clichés ont été pris en « caméra cachée »…)

Mineurs en peines

Enfin, toujours sur ce même audio, un interview bien intéressant également de Lizzie SADIN, photographe qui relate son livre « Mineurs en peines » dont vous trouverez sur ce lien, l’accès à son exposition virtuelle

Utopie : la quête de la société idéale en Occident

La lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis –
Martin Luther King en tête du cortège de la Freedom March (manifestation pour le droit de vote des Noirs)
Selma, 1965
Photo Bruce Davidson/Magnum Photos

Le XXème siècle a indéniablement discrédité l’utopie d’Etat par diverses expérimentations totalitaires en la mêlant à la relation de pouvoir.

Partis uniques, hommes nouveaux, subordination sans faille des individus, obsession de la transparence, eugénisme rêvant de « pureté »… les promesses de l’avenir radieux révèlent l’immense violence politique qu’elles couvent.

Les injonctions marketing au bonheur individuel par la consommation de masse n’est pas moins exempte d’une forme de totalitarisme utopique en pensant acter la « fin de l’Histoire ».

La très riche et instructive exposition virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France « UTOPIE » nous dévoile les dessous de la quête de la société idéale en Occident depuis l’antiquité…

De nombreuses pistes pédagogiques dotées de sources multimédia à exploiter en classe ou ailleurs…

Accéder à l’exposition

Des réponses à nos courriers…

Nadia des Pussy Riot nous a écrit depuis son camp de travail de la république de Mordovie !

Photo (Crop) de Denis Bochkarev

Photo (Crop) de Denis Bochkarev

« Chers membres d’Amnesty International,

Un immense merci pour votre soutien et votre participation active dans le cadre de notre affaire, et de celles de tant d’autres prisonniers d’opinion. Lorsque vous êtes en détention, la seule chose au monde qui vous reste à l’esprit, c’est de savoir que des gens se préoccupent de votre sort.
Un grand bonjour à tous ceux qui m’ont envoyé leurs salutations et des mots de soutien. Être capables d’empathie, essayer de se comprendre mutuellement, et – d’après les Écritures – ne pas juger et pardonner, c’est ce qui nous rend humains.
Je suis fière de vous tous et je vous serre la main.

Bien à vous,
Nadia Tolokonnikova
PS. J’attends vos lettres avec impatience ! »

Ici, vous accèderez à nos précédents articles en lien

—–

130517_Angola_2_0

Depuis plus de 40 ans, Herman Wallace et Albert Woodfox sont détenus à l’isolement cellulaire en Louisiane. Vous les avez soutenus pendant le Marathon des signatures, Herman Wallace écrit :

TXT Wallacel

« Chers amis pour la paix,

Votre lettre de soutien, dans laquelle vous faites vœu d’écrire pour les droits, m’est parvenue hier, avec un chariot entier d’autres lettres en provenance de votre pays. (…)
Je souhaite que vous sachiez tous à quel point je suis reconnaissant de l’action d’Amnesty International pour Albert et pour moi. Je crois en une issue positive dans le cadre des décisions en attente de la Cour fédérale, au civil comme au pénal.
Je ne peux pas me permettre de me concentrer sur un contentieux en particulier, et c’est pour cette raison qu’Albert et moi prouverons notre innocence (si nous ne l’avons déjà fait). Nous ne pourrions pas être arrivés si loin sans l’amour, la foi et le soutien que vous tous nous avez apportés.
Merci encore.
Herman Wallace

En savoir plus sur Herman Wallace et Albert Woodfox

Visionnez la vidéo de 4 minutes

Ici, notre précédent article en lien

—–

Azza Hilal_photo

« Je ne fais confiance qu’aux gens, en Égypte ou ailleurs, pour réaliser le changement (…) Ce qui nous donne de l’espoir, c’est le soutien et la solidarité des simples citoyens. Les gens sont le seul moteur du changement. »

Azza, en réponse aux sacs entiers de messages de soutien reçus pour le Marathon des signatures.

Ce qui lui est arrivée en une vidéo de 2 min 30

Sur ce lien, nos précédents articles

Continuons à soutenir Azza Hilal ! signez et partagez la pétition : Accéder à la pétition
2011 : pendant une manifestation Azza Hilal survit à un tabassage en règle des forces de l’ordre égyptienne.
2013 : Azza continue à demander justice.