ALDA et MARIA au CinéMassy – 18 novembre 20H45

Dans le cadre de la SEMAINE DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE DU 14 AU 22 NOVEMBRE
EN PARTENARIAT AVEC JEUNES POUR LE MONDE,

CINEMASSY propose le film « ALDA et MARIA »

EN AVANT PREMIÈRE NATIONALE

mardi 18 novembre 2014 – 20h45
rencontre, à l’issue de la séance, avec POCAS PASCOAL, réalisatrice

alda et marie
ALDA MARIA de Pocas Pascoal avec Ciomara Morais, Cheila Lima. 2012. Portugal. V.O. 1h34. Drame.

SYNOPSIS
Lisbonne fin été 1980. Deux sœurs âgées de seize et dix-sept ans viennent d’arriver d’Angola pour fuir la guerre. Livrées à elles-mêmes, Alda l’aînée et Maria vont devoir apprendre à survivre sans argent, dans une ville étrangère. Avec la complicité d’autres angolais, elles s’organisent une existence précaire dans une banlieue grise et polluée.

POCAS PASCOAL
Originaire d’Angola, où elle fut la première femme opératrice de caméra, il vit aujourd’hui à Paris. Après avoir suivi les cours du Conservatoire National du Cinéma Français, elle se consacre à la photographie et réalise des courts métrages documentaires. En 2002, elle fait partie des artistes de la Cité internationale des arts et participe à différentes expositions d’art contemporain. Entre autres, elle réalise Il y a toujours quelqu’un qui t’aime, documentaire de 56mn, en compétition dans plusieurs festivals et primé par la Scam. Son premier long métrage, Alda et Maria, a été primé dans plusieurs festivals dont Los Angeles Film Festival pour le meilleur film.
ENTRETIEN

« Dans les années quatre-vingt, des centaines d’adolescents sont envoyés au Portugal pour fuir la guerre en Angola ou échapper au service militaire. J’ai fait partie de ces adolescents. Avec ma sœur, ma mère nous a mises dans un avion pour Lisbonne, avec un peu d’argent dans la poche. Dans l’Angola en guerre, Lisbonne résonnait à nos oreilles comme une promesse de liberté. Nous sommes arrivées dans cette ville le cœur plein d’espoir. Alors que ma mère devait nous rejoindre quelques temps après, l’état angolais a décrété l’interdiction de quitter le territoire pour tous les habitants. Agées de seize et dix-sept ans, nous nous sommes retrouvées livrées à nous-mêmes dans une banlieue de Lisbonne… » Pocas Pascoal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.