Demain sera meilleur : Un mois d’avril pour la Syrie

La MJC BOBY LAPOINTE de Villebon sur Yvette et l’association SOURIAHOURIA organisent un mois d’avril syrien avec pour objectifs de sensibiliser et d’informer sur la révolution syrienne.
Au programme:
Mercredi 1er avril/19h : Vernissage de l’exposition Kafranbel Projection de « Sourire et Espoir » de Ahmed Zaino Rencontre-débat avec Ahmed Zaino
Jeudi 9 avril/20h30:
« Apéros du chanteur » => Mohanad Aljaramani, musicien syrien
Jam session
Lundi 20 avril
Master Class cinéma et documentaire => Hala Alabdalla, réalisatrice syrienne
Samedi 25 avril
Concert de clôture avec ZESKA + Bachar Mar Khalife + Abdul & the Gang
11011994_809310585810441_2446759126354536851_o
Publicités

Cercle du silence Antony – Samedi 14 mars de 11H à 12H

Cercle de silence d’Antony
« Migrants : changeons notre regard ! »

Samedi 14 de 11 heures à 12 heures quelques minutes ou plus,
en silence ou en partage avec les passants,

venez nombreux place René Cassin à Antony
(sortie RER B station « Antony »)

CRIMINALISER, ENFERMER, EXPULSER DES ETRANGERS…

POURQUOI ?? COMMENT ??

Avec l’objectif officiel d’une « meilleure gestion des flux migratoires » la législation européenne permet d’enfermer et de criminaliser des étrangers considérés comme indésirables.

600.000 personnes (hommes, femmes, enfants) sont ainsi détenues chaque année dans les pays de l’Union européenne pour une durée pouvant aller jusqu’à 18 mois.
Les lieux d’enfermement se multiplient sur tout le territoire européen et également en Afrique en vertu d’accords bilatéraux.

Un étranger peut se retrouver enfermé pour :

• être arrivé en Europe sans documents et/ou sans visa et présenter une demande d’asile à la frontière

• être arrivé en Europe avec un visa touristique et être bloqué à la frontière faute de justifier des documents nécessaires ou de ressources suffisantes

• être entré en tant que touriste et resté après l’expiration de son visa

• avoir perdu son travail, et donc le droit au renouvellement du titre de séjour

• ne pas réunir tous les papiers nécessaires pour obtenir un titre de séjour ou son renouvellement

• ne pas avoir réussi à passer d’une catégorie de visa (étudiant par ex.) à une autre ( visa de travail par ex.)

• avoir demandé l’asile et s’être vu refusé la protection demandée…

Enfermés, ces étrangers perdent ainsi leur liberté de circuler, le plus souvent leur vie privée et familiale ; ils peuvent être privés de soins, de tout contrôle juridictionnel sur leur détention.

À DEUX PAS DE CHEZ NOUS, à PALAISEAU

le Centre de rétention administrative (CRA)

– 13 rue Emile Zola 91120 Palaiseau –

enferme jusqu’à 40 personnes.

Paris – 14 mars – Marche en solidarité avec le peuple syrien

Quatre ans après les soulèvements en Syrie qui demandaient justice et liberté, le pays est ravagé par la guerre. Plus de 200 000 personnes ont été tuées. Plus de 11 millions ont du quitter leur foyer pour fuir les violences, dont 4 millions ont trouvé refuge dans un pays voisin de la Syrie.
Des centaines de militants politiques, défenseurs des droits humains, travailleurs humanitaires et journalistes pacifiques sont visés par des manœuvres visant à les contraindre au silence. Beaucoup se trouvent désormais en détention.

Amnesty International France se joint à la marche qui aura lieu le samedi 14 mars pour témoigner aux syriens que nous ne les avons pas oubliés.

MARCHE EN SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SYRIEN
Départ 15h Place de la République
Arrivée parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

syrie_manif

Ayons à l’esprit que de manière très factuelle – et sans que cela exonère en rien les autres belligérants de leurs exactions – le régime en place tue 540 fois plus que tous les groupes d’opposition confondus…
Ce sur lien, les dernières nouvelles…

Tchétchénie, une guerre sans traces – ARTE mardi 03 mars à 22h25

Vingt ans après la première guerre de Tchétchénie tant décrite par Anna Politkovskaïa (assassinée à Moscou le 7 octobre 2006), Manon Loizeau explore un pays terrorisé, dont le président Kadyrov et ses milices veulent éradiquer jusqu’à la mémoire.

Un témoignage exceptionnel, porté par de fragiles voix dissidentes.

Manon Loizeau, alors correspondante à Moscou, a découvert la Tchétchénie en 1995, lors de la guerre déclenchée par Boris Eltsine contre ce petit pays du Caucase pour le punir d’avoir proclamé l’indépendance. En 1999, c’est Poutine qui, au prétexte de lutter contre le terrorisme, lançait ses blindés et ses bombes contre les Tchétchènes, ciblant combattants et civils avec une égale férocité. Vingt ans et quelque 150 000 morts plus tard, la réalisatrice retrouve un pays « pacifié » par la terreur qu’inspirent désormais les milices tchétchènes, et non plus l’armée russe. Inféodé à Moscou, le régime du président Ramzan Kadyrov s’emploie méthodiquement à éradiquer la mémoire de la guerre comme l’histoire du pays, et impose un culte de la personnalité digne de l’ère stalinienne.

© Magnéto Presse

© Magnéto Presse

Disparitions

Généreusement financé par la Russie, le jeune Ramzan Kadyrov (38 ans) a aussi spectaculairement reconstruit son pays ravagé par la guerre. Grozny, capitale rasée par les bombes il y a dix ans, a pris des allures de Dubaï, avec néons, centres commerciaux et mosquées rutilantes.
Ses avenues neuves portent les noms des principaux bourreaux de la population, Poutine en tête.

Mais chaque jour, des gens continuent de disparaître, victimes du pouvoir absolu d’un gouvernement qui s’arroge ouvertement le droit de torturer et de tuer.
De rares voix dissidentes prennent pourtant le risque de dénoncer cette terreur d’État : une femme harcelée par le pouvoir, qui raconte comment, peu à peu, son clan est décimé dans le silence ; le Comité des mères de Tchétchénie, fondé lors de la première guerre, qui en vingt ans de combat n’a retrouvé que deux personnes vivantes sur les 18 000 portées disparues ; un couple de vieux paysans dont les deux filles, enlevées un soir à Grozny par des miliciens, n’ont jamais reparu ; le Comité contre la torture, enfin, un collectif de jeunes juristes russes qui enquête sans peur sur les disparitions et les conditions de détention, et dénonce « une petite Corée du Nord » au sein de la Fédération de Russie…

Dans ce « tunnel sans lumière » décrit par Madina, présidente du Comité des mères, Manon Loizeau a pu aller à leur rencontre en se cachant et en rusant, et même suivre le procès d’un politicien respecté, Rouslan Koutaiev, accusé sans aucune vraisemblance de détention d’héroïne et jugé par un tribunal aux ordres.
En réalité, sa « faute », sanctionnée par quatre années de prison, avait consisté à braver l’interdiction de commémorer le 70e anniversaire de la déportation des Tchétchènes par Staline. Un témoignage poignant, exceptionnel, sur la tragédie d’un peuple que le monde a oublié.

Rediffusion vendredi 06.03 à 9h00
Rediffusion mercredi 25.03 à 2h20

Accéder ici au dossier Web d’Arte sur la Tchéchénie

Foire aux livres – WE des 7 et 8 mars – Draveil

Amnesty International Nord-Essonne organise sa Foire aux Livres annuelle samedi 7 (15 h – 19 h) et dimanche 8 (10 h – 17 h 30) au Café Cultures de Draveil (en haut de l’avenue du Général de Gaulle).
Nos milliers de livres de toutes sortes sont vendus au poids au bénéfice intégral des actions d’Amnesty International.

Foire aux livres