Latifa Ibn Ziaten, Lauréate 2015 du Prix pour la prévention des conflits

Latifa Ibn Ziaten, mère d’un des militaires tué par Mohammed Merah en 2012, a reçu ce jeudi le « Prix pour la prévention des conflits » décerné par la fondation Chirac, récompensant son message de paix.

Latifa

Nul doute que cette femme fait – sans moyens – parmi le plus utile contre le terrorisme…

Dans un premier temps, Latifa Ibn Ziaten a tenté de comprendre ce qui peut mener de jeunes gens à commettre de tels actes. Puis, confrontée à la valorisation de Mohammed Merah par certains jeunes dans la cité d’où il était originaire, Latifa décide de créer l’Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix dont le but est de promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux.

Depuis les attentats de janvier 2015, Latifa a intensifié son combat.

A NOTER : Un film devrait bientôt voir le jour sur le parcours de cette femme.

Ici le lien sur le site de son association

Logo Imad.png

Publicités

Action Urgente – GRECE : Ecrire avant le 17 Décembre 2015

GRECE :

LES RÉFUGIÉS SONT CONFRONTÉS À DES CONDITIONS

TRÈS DIFFICILES SUR LES ÎLES GRECQUES

kos2-002

Alors que le temps se dégrade, des milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile sont confrontés à des conditions inhumaines une fois arrivés dans les îles grecques de la mer Égée, au terme de périples où ils risquent leurs vies. Ils sont exposés aux violences de la police et des membres de groupes d’extrême-droite.

Des milliers de réfugiés et de demandeurs d’asile, dont de nombreux enfants, doivent attendre pendant des jours pour se faire enregistrer par la police grecque, et n’ont au mieux qu’un accès limité à un abri, de la nourriture, des sanitaires et des soins médicaux. Ils parviennent dans les îles grecques de la mer Égée au terme d’un périple qui peut leur coûter la vie. Alors que le temps se dégrade, ils se retrouvent à dormir dehors, avant de poursuivre leur route vers la Grèce continentale et au-delà.

Les garde-côtes, la police et les autorités locales, débordés et manquant de ressources, ne parviennent pas à faire face à la très forte hausse du nombre de personnes qui débarquent sur ces îles – plus de 619 101 depuis le début de l’année 2015. L’absence générale de coordination et parfois le manque de coopération des autorités locales aggravent la situation. Des habitants, des bénévoles, des ONG et des organismes d’aide s’efforcent de combler le manque d’aide humanitaire pour les réfugiés et les demandeurs d’asile.

À Lesbos, l’île grecque qui compte le plus grand nombre d’arrivées (353 145 au 4 novembre), Amnesty International a vu jusqu’à 4 000 personnes, dont des enfants et des femmes enceintes, attendre de se faire enregistrer par la police pendant des jours, sous une météo peu clémente. Les réfugiés dorment dehors dans les campements improvisés de Moria et Kara Tepe, où les conditions sont très dures. Sur d’autres îles, comme Kos et Chios, l’absence de structures d’accueil contraint de nombreux réfugiés et demandeurs d’asile à dormir sous des tentes, installées dans des parkings ou sur le port, sans accès aux installations de première nécessité. « Tout le monde est mouillé… choqué, tremblant », a déclaré un bénévole qui tente de compenser ce que les autorités au niveau local, de l’État et de l’UE ne fournissent pas. À plusieurs reprises, les policiers antiémeutes auraient utilisé des gaz lacrymogènes, frappé et donné des coups de pied aux réfugiés et demandeurs d’asile dans le camp Moria, à Lesbos. En septembre, Amnesty International a vu un groupe de 15 à 25 personnes attaquer des réfugiés et demandeurs d’asile, à Kos.

 ACTION RECOMMANDÉE : lettre international / email / fax :

–           demandez aux autorités grecques de renforcer de toute urgence leur capacité d’enregistrement des réfugiés et demandeurs d’asile, en vue de réduire les temps d’attente et de soulager la pression qui s’exerce à Lesbos et ailleurs ;

–           exhortez les autorités locales et centrales à coopérer et à mettre en place des centres d’accueil de courte durée, offrant des conditions décentes, et à veiller à ce que les réfugiés et demandeurs d’asile puissent dormir dans des lits, manger, boire de l’eau potable, utiliser des sanitaires et bénéficier de soins médicaux, notamment sur les îles qui n’ont aucune structure d’accueil, comme Kos ;

–           demandez-leur de garantir que les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants, les travailleurs humanitaires et les militants, soient protégés contre les violences.

MERCI D’ENVOYER VOS APPELS AVANT

LE 17 DÉCEMBRE 2015 À :

 Premier ministre

Alexis Tsipras

Maximos Mansion

19 Irodou Attikou St., Athènes

106 74

Grèce

Courriel : mail@primeminister.gr

Formule d’appel : Monsieur le Premier ministre

 

Ministre délégué à la Migration         

Ioannis Mouzalas

2 Evangelistrias St., Athènes

105 63

Grèce

Fax : +30 2131361239

Courriel : t.gypp@ypes.gr

Formule d’appel : Monsieur le Ministre,

 

Copie à :

Ambassade de Grèce

17 rue Auguste-Vacquerie, 75116 Paris

Tél : 01 47 23 72 28 – Fax : 01 47 23 73 85

Courriel : mfapar@wanadoo.fr

gremb.par@mfa.gr

 

COMPLÉMENT D’INFORMATION

Les mesures de sécurité renforcées à la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie, notamment la construction d’une clôture de 10,5 km, incitent de plus en plus de réfugiés et migrants à emprunter un itinéraire maritime dangereux. L’immense majorité des arrivants viendraient de Syrie, d’Afghanistan et d’Irak.

Du 1er janvier au 3 novembre 2015, plus de 477 réfugiés et migrants, dont des jeunes enfants et des nourrissons, ont péri dans des naufrages en mer Égée. Du 28 octobre au 2 novembre 2015, plus de 89 réfugiés et migrants ont péri ou ont disparu lors de sept incidents près des côtes de Lesbos, Samos, Kalymnos et Rhodes.

Une série de facteurs, notamment les défaillances du système migratoire européen, l’absence de planification, l’utilisation inefficace des fonds de l’UE par les autorités centrales et la grave crise financière, enflamme la situation sur les îles.

Seul un petit pourcentage des nouveaux arrivants ont accès aux services de premier accueil, chargés d’identifier les membres des groupes vulnérables. On dénombre environ 1 200 places disponibles dans des centres pour demandeurs d’asile et mineurs non accompagnés en Grèce, ce qui est très insuffisant. Les autorités grecques se sont engagées à plus que doubler ces places d’ici fin 2015.

À la mi-octobre, les autorités grecques ont mis en place un « hotspot » pilote pour permettre à l’agence européenne chargée des frontières et à la police grecque de filtrer les nouveaux arrivants. Il se trouve dans le centre de détention pour migrants de Moria, sur l’île de Lesbos. Cependant, les conditions d’accueil y sont rudes.

BONNES NOUVELLES !

LA DÉPÊCHE DES ACTIONS URGENTES

LIBRES !

Ouvrons la porte des prisons

Ouvrons la porte        des prisons

La Dépêche des Actions Urgentes est un bulletin émis 3 fois par an par le Service des Actions Urgentes d’Amnesty France pour vous donner tous les résultats positifs obtenus à la suite des actions. C’est un recueil de bonnes nouvelles et de témoignages de victimes avec toutes les informations pouvant vous intéresser en tant que membre ou sympathisant d’un réseau Actions Urgentes.

Bonnes nouvelles parvenues au service des Actions Urgentes en avril, mai, juin et juillet 2015 :

CHINE

Afficher l'image d'origineGuo Bin et Yang Zhangqing, militants associés à l’importante ONG chinoise de lutte contre la discrimination Yirenping, ont été remis en liberté le 11 juillet.
Détenus depuis le 12 juin pour « activités commerciales illégales », leur arrestation serait due à leur lien avec cette organisation. Elle s’inscrit dans le cadre de la répression de grande ampleur visant les groupes de la société civile chinoise. IC AU 137/15

 Cinq défenseures des droits des femmes, Wu Rongrong, Zheng Churan, Li Tingting, Wang Man et Wei Tingting, membres de l’organisation Women’s Rights Action Group et arrêtées les 6 et 7 mars 2015 pour avoir organisé des événements lors de la journée internationale de la femme, ont été libérées sous caution le 13 avril. Leur détention avait provoqué une forte indignation en Chine et dans le monde, ce qui semble avoir joué un rôle majeur dans leur libération. IC AU/54/15

BARHEIN

Asma Khalifa al Suwaidi, Mariam Khalifa al Suwaidi et Alyaziyah Khalifa al Suwaidi, trois soeurs détenues au secret depuis trois mois, ont retrouvé leur famille le 15 mai 2015. Aucune information concernant leur incarcération, leur éventuelle inculpation ou les conditions de leur libération n’a été rendue publique. Ces femmes militaient pacifiquement en ligne afin d’obtenir la libération de leur frère Issa al Suwaidi , prisonnier d’opinion. IC AU 38/15

Afficher l'image d'origine▪ Le 22 mai 2015, le prisonnier d’opinion qatarien Mahmoud al Jaidaha été gracié par le président Khalifa bin Zayed al Nahyanpuis puis renvoyé dans son pays le jour même. Ce médecin avait été arrêté sans mandat alors qu’il attendait son avion pour le Qatar à l’aéroport de Doubaï le 26 février 2013 puis condamné à sept ans d’emprisonnement le 3 mars 2014. IC AU 301/13

Le médecin Saeed Mothaher Habib al Samahiji a été libéré le 1er juillet 2015 après un an passé dans la prison de Jaww. Son discours à l’occasion de obsèques d’un manifestant en 2013 l’avait rendu coupable « d’outrage public au roi de Bahreïn ». IC AU 172/14

 

BELARUS

Les prisonniers d’opinion Yury Rubtsou et Mikalai Statkevich (ancien candidat à l’élection présidentielle) ainsi que les militants de l’opposition Mikalaï Dziadok, Ihar Alinevitch, Artsiom Prakapenka et Yaouhen Vaskovitch, ont été libérés le 22 août.

A quelques mois de l’élection présidentielle, le président Loukachenko leur a accordé une grâce présidentielle, invoquant des « principes humanitaires ». IC AU 130/15

EMIRATS ARABES UNIS

Asma Khalifa al Suwaidi, Mariam Khalifa al Suwaidi et Alyaziyah Khalifa al Suwaidi, trois soeurs détenues au secret depuis trois mois, ont retrouvé leur famille le 15 mai 2015. Aucune information concernant leur incarcération, leur éventuelle inculpation ou les conditions de leur libération n’a été rendue publique. Ces femmes militaient pacifiquement en ligne afin d’obtenir la libération de leur frère Issa al Suwaidi , prisonnier d’opinion. IC AU 38/15

▪ Le 22 mai 2015, le prisonnier d’opinion qatarien Mahmoud al Jaidah a été gracié par le président Khalifa bin Zayed al Nahyanpuis puis renvoyé dans son pays le jour même. Ce médecin avait été arrêté sans mandat alors qu’il attendait son avion pour le Qatar à l’aéroport de Doubaï le 26 février 2013 puis condamné à sept ans d’emprisonnement le 3 mars 2014. IC AU 301/13

▪ Toujours le 22 mai, le président des Émirats Arabes Unis a gracié Hamad Ali Mohammad al Hamadi, un qatarien de 33 ans condamné à 10 ans d’emprisonnement le 18 mai par la Chambre de la sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale. Il a été libéré le jour même puis renvoyé dans son pays. IC AU 256/14

GUINEE

Dogius Koly Théa et Kala Honomou, deux hommes détenus arbitrairement en Guinée depuis mai 2015 ont obtenu une libération provisoire pour raisons médicales. Toutefois, ils font toujours l’objet d’une information judiciaire.
Ils ont remercié les militants qui avaient fait campagne en faveur de leur libération :
« Vous n’imaginez pas notre joie. Nous sommes reconnaissants de ce qu’a fait Amnesty International pour dénouer la terrible situation dans laquelle nous étions. Nous remercions toutes les personnes qui se sont engagées pour nous de leur remarquable intervention. »
IC AU 133/15

IRAN

Mahdieh Golrou (ou Mahdieh Golru) a été libérée de la prison d’Evin le 27 janvier 2015 contre une caution de sept milliards de rials iraniens (environ 215 000 euros). Détenue sans inculpation pendant trois mois, cette défenseure des droits des femmes avait participé à une manifestation pacifique contre les violences faites aux femmes en Iran.
IC AU 11/15

OMAN

Mahmoud bin Khalifa bin Salem al Fazari, 22 ans, a été libéré sans inculpation le 6 août au soir. Il avait été convoqué à la section spéciale de la police à Qurum le 22 juillet afin d’être interrogé au sujet de son frère Mohammed al Fazari (militant des droits humains et blogueur) puis mis en détention.
IC AU 167/15

RDC

Bienvenu Matumo, militant de la LUCHA disparu à 17 heures le 8 août 2015 après avoir assisté à une réunion organisée par le Parlement des jeunes de la RDC et d’autres organisations locales à Kinshasa, a été libéré le 12 août.
Sans aucune explication… IC AU 177/15

RUSSIE

Mikhaïl Feldman, Oleg Savvin et Dimitriy Fonarev détenus depuis avril 2014 et condamnés à sept ans de prison pour avoir hissé le drapeau allemand au-dessus d’un bâtiment officiel à Kaliningrad, ont été libérés le 17 juin 2015. Ils étaient considérés comme prisonniers d’opinion par Amnesty International. IC AU 254/14

SERBIE

La démolition des maisons de 53 familles roms du quartier informel de Grmeč sur la commune de Zemun en Serbie a été suspendue sur ordre du gouvernement. Les familles ont toutes reçu la promesse de se voir attribuer un logement avant une expulsion. IC AU 161/15

EGYPTE

Afficher l'image d'origineLe militant américano-égyptien Mohamed Soltan a été libéré le 30 mai après un an et neuf mois de prison puis expulsé vers les États-Unis.
Mohamed Soltan s’est adressé à Amnesty International par vidéoconférence depuis les États-Unis : « Je tiens à tous vous remercier infiniment. Je vous suis tellement reconnaissant pour tout ce que vous avez fait » IC AU 128/14

 

GROS PLAN : le MYANMAR

Jeudi 30 juillet, les autorités ont libéré 6 966 personnes à la faveur d’une grâce présidentielle

après l’annonce d’élections générales en novembre 2015

Afficher l'image d'origineParmi les personnes libérées se trouvent au moins 11 hommes qu’Amnesty International considérait comme prisonniers d’opinion, dont des journalistes, des militants pacifiques ou encore des responsables de la minorité musulmane rohingya.

▪ IC AU 231/14 Cinq professionnels des médias, Kyaw Zaw Hein, Ko Win Tin, Thura Aung, Yin Min Htun et Kyaw Min Khaing sont sortis de prison le 30 juillet 2015. Le 16 octobre 2014, ils avaient été condamnés en raison des activités pacifiques qu’ils menaient dans le cadre de leur travail et purgeaient une peine de deux ans de prison.

▪ IC AU 73/15 Les responsables rohingyas Ba Thar, Kyaw Myint, son fils Hla Myint et Kyaw Khin sont aussi sortis le 30 juillet 2015. Les quatre hommes avaient été arrêtés en avril 2013 à la suite d’une manifestation contre un système de recensement de la population mis en place par le gouvernement qui ne permettait pas aux membres de la minorité de se faire enregistrer comme Rohingyas.

▪ IC AU 218/14 Le militant U Sein Than, condamné à une peine de deux ans d’emprisonnement pour avoir exercé de manière pacifique son droit à la liberté d’expression et de réunion, a été libéré le même jour.

 « Les autorités birmanes annoncent régulièrement des mesures de grâce telles que celle-ci dans des moments politiquement opportuns. Le gouvernement doit prouver qu’il ne s’agit pas d’un simple calcul avant les élections » (Mais) « Nous avons constaté une hausse alarmante des arrestations et du harcèlement de militants pacifiques au Myanmar l’année dernière, et le nombre de prisonniers d’opinion est en augmentation. Les libérations telles que celles d’aujourd’hui n’auront que très peu d’effet à long terme tant que les lois permettant aux autorités d’exercer une répression contre les défenseurs des droits humains, les étudiants, les journalistes et les personnes critiquant le gouvernement ne seront pas abolies» 

SOUDAN

Les deux pasteurs sud-soudanais Yat Michael et Peter Yen ont été libérés le 5 août dernier après avoir été condamnés à une peine d’une durée correspondant au temps qu’ils avaient déjà passé en détention à Khartoum. Tous deux étaient incarcérés depuis leur arrestation, respectivement le 21 décembre 2014 et le 11 janvier 2015. IC AU 28/15

Afficher l'image d'origineSandara Farouq Kadouda a été libérée le 15 avril 2015, trois jours après son enlèvement par des membres supposés du NISS.
Le même jour, sa famille a annoncé publiquement à Amnesty International : «Notre fille a été relâchée aujourd’hui après avoir été enlevée par des agents de sécurité [NISS] le 12 avril. Elle a appelé sa mère vers 7 h 30 et lui a dit que les agents l’avaient laissée rue 60 (à l’est de Khartoum).» Elle aurait été retrouvée dans un piteux état, montrant des signes de mauvais traitements. IC AU 86/15

Yasir Mirghani Abdalrahman, pharmacien et secrétaire général de l’Association soudanaise de protection des consommateurs et Nasreen Ali Mustafa, militante de la société civile, arrêtés pour interrogatoire par le Service national de la sûreté et du renseignement le 25 mai 2015 à Khartoum ont été libérés respectivement les 7 et 10 juin.
IC AU 121/15

Farouk Abu Issa, leader de l’alliance de partis d’opposition et Amin Maki Madani, chef de l’Alliance des organisations soudanaises de la société civile, avaient été arrêtés le 6 décembre 2014 par des agents du Service national de la sûreté et du renseignement. Ils ont été libérés sans condition le 9 avril 2015, après 124 jours de détention.
« OK, vous êtes libres, rentrez chez vous ». Tels ont été les mots des geôliers adressés à Farouk Abou Issa et Amine Makki Madani.
IC AU 310/14

SWAZILAND

Afficher l'image d'origineThulani Maseko, avocat spécialiste des droits humains et Bhekithemba Makhubu, rédacteur en chef du mensuel swazi The Nation, ont été libérés le 30 juin suite à une décision de la Cour suprême du Swaziland statuant que les accusations portées contre eux étaient sans fondement. La peine infligée au magazine The Nation a été également annulée. IC AU 86/15

USA

Celia Primero Ismalej et son fils de 18 mois, Jhordan Lajuj Primero se sont vus accorder la protection de l’asile le 7 avril et ont été libérés après cette décision rendue par un tribunal de l’immigration. Ils étaient détenus depuis plus de huit mois par les services de l’immigration, en violation du droit international et des normes internationales. Ils ont pu retrouver des membres de leur famille déjà installés aux Etats-Unis.
IC AU 58/15

  TCHAD

Djeralar MiankeolDjeralar Miankeol, militant tchadien des droits fonciers considéré par Amnesty International comme un prisonnier d’opinion, a été libéré le 28 juillet.
La cour d’appel de Moundou a annulé le jugement de la Haute Cour qui l’avait déclaré coupable d’outrage à magistrat et a abandonné toutes les charges retenues contre lui. IC AU 138/15

SOINS

CAMEROUN

Foudama Ousmane, prisonnier qui risquait de devenir définitivement aveugle a été examiné par un médecin dans la matinée du 20 avril dernier puis s’est vu prescrire un traitement. Cette intervention médicale est la conséquence directe de la mobilisation des membres d’Amnesty International à travers le monde qui ont contacté les autorités camerounaises après la diffusion d’une Action urgente le 15 avril 2015.IC AU 89/15

Afficher l'image d'origine

FERMETURE D’UN CENTRE DE DÉTENTION

MACÉDOINE

Des centaines de réfugiés, demandeurs d’asile et migrants de tous âges étaient illégalement maintenus en détention au Centre d’accueil pour les étrangers « Gazi Baba » à Skopje, la capitale macédonienne. Dans l’établissement surpeuplé, les conditions de vie étaient inhumaines et dégradantes, l’accès aux installations sanitaires et aux des soins de santé extrêmement limité et aucune aide ni protection juridique n’était prévue. Le Centre « Gazi Baba » a été fermé le 18 juillet 2015 et les derniers détenus libérés le 24 juillet. IC AU 46/15