SOS Méditerrannée et retour sur la marche européenne du 27 février

Un retour en images sur le rassemblement du 27 février pour le droit des migrants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’occasion d’annoncer la création de l’association SOS MEDITERRANEE.

logo sos méditerrannée

SOS MEDITERRANEE est une association indépendante de tout parti politique et de toute confession, qui se fonde sur le respect de l’homme et de sa dignité, quelle que soit sa nationalité, son origine, son appartenance sociale, religieuse, politique ou ethnique.

SOS MEDITERRANEE a vocation à porter assistance à toute personne en détresse sur mer se trouvant dans le périmètre de son action, sans aucune discrimination. Les personnes concernées sont des hommes, femmes ou enfants, migrants ou réfugiés, se retrouvant en danger de mort lors de la traversée de la Méditerranée.

SOS MEDITERRANEE est financée par des dons privés et des subventions publiques. Les fonds collectés sont alloués à la location du bateau, aux frais quotidiens d’entretien et de sauvetage (soit au total 77 000 euros par semaine).

Pour en savoir plus, cliquer ici.

 

 

Publicités

Une enquête sur l’empathie – ARTE 26 février 2016 – 22h25

Nous en parlions dans un précédent post (Réfugiés ou la conscience de l’Europe), Arte diffuse un documentaire sur les expériences empathiques.

Une enquête sur les bases biologiques et neurologiques de l’empathie…

empathie.jpg

Agir pour le bien-être des autres, dans leur propre intérêt et non dans le nôtre. Et si l’altruisme était un élément essentiel de la nature humaine ? Une piste scientifique aussi passionnante que porteuse d’espoirs suivie par Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade avec, entre autres, la star des neurosciences Richard Davidson et le moine bouddhiste Matthieu Ricard.

« L’homme est un loup pour l’homme » : l’histoire du monde semble écrite pour illustrer cet adage. Pourtant, des voix scientifiques s’élèvent depuis une vingtaine d’années contre cette vision de la nature humaine. Chercheurs en psychologie, primatologie, mathématiques ou neurosciences, ils mènent des expériences novatrices qui contredisent la thèse de l’égoïsme naturel et inventent le vocabulaire d’une autre histoire : l’altruisme et la coopération en sont les maîtres mots. Des États-Unis au Népal en passant par l’Allemagne, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril, Le jeûne, une nouvelle thérapie ?, Secrets de longévité) sont allés à leur rencontre pour esquisser, sur la base de leurs découvertes, des solutions nouvelles aux maux de la planète, à l’opposé du pessimisme ambiant. Une enquête scientifique aussi passionnante que prometteuse avec, entre autres, la star des neurosciences Richard Davidson et son non moins célèbre cobaye, le moine bouddhiste Matthieu Ricard, qui depuis longtemps se sont invités dans le débat public avec un slogan plus révolutionnaire qu’il n’y paraît : « Changez votre cerveau, changez le monde ! »

Bonnes natures

Les habitants de La Nouvelle-Orléans post-Katrina font sagement la queue sous le soleil pour se partager l’eau potable. Des anonymes, filmés par des caméras de surveillance, risquent spontanément leurs vies pour sauver celles d’inconnus. À travers des tests répétés des centaines de fois, des bébés américains de quelques mois témoignent d’un sens inné de la justice tandis que leurs homologues allemands, un peu plus âgés, manifestent une tendance naturelle à aider autrui… Entre expériences scientifiques et innovation sociale, entretiens et observation documentaire, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade montrent que la coopération, si elle a été oubliée par les héritiers de Darwin, constitue dans l’évolution un élément au moins aussi important que la compétition. Et c’est le pari des chercheurs qui s’expriment dans le film : si l’altruisme existe, on peut le cultiver, à l’heure où la survie de l’humanité en dépend probablement.

Amnesty International publie son rapport 2015 sur la situation des droits humains dans le monde

banniere_blanche

10 CHIFFRES À CONNAITRE SUR L’ANNÉE 2015

 

La liberté d’expression et la liberté de la presse continuaient d’être soumises à des restrictions arbitraires dans au moins 113 pays.

On comptait dans le monde plus de 60 millions de personnes déplacées, dont beaucoup l’étaient depuis des années.

Trente gouvernements, peut-être même plus, ont obligé, en toute illégalité, des réfugiés à retourner dans des pays où ils étaient en danger.

Des groupes armés ont commis des exactions dans au moins 36 pays.


Au moins 156 défenseurs des droits humains sont morts en détention ou ont été tués.

Dans 61 pays, voire plus, des personnes qui n’avaient fait qu’exercer leurs droits et se prévaloir de leurs libertés sont devenues des prisonniers d’opinion quand les autorités les ont incarcérées.

Dans au moins 122 pays, des personnes ont subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements.


Des crimes de guerre et d’autres violations des « lois de la guerre » ont été commis dans au moins 19 pays.

Quatre pays ont adopté ou promulgué en 2015 des lois reconnaissant le mariage ou d’autres formes de relations entre personnes de même sexe, portant
 à au moins 20 le nombre de pays disposant d’une législation ou de projets de lois en ce sens.


Des procès iniques ont eu lieu dans 55 % des pays au moins. Lorsqu’un procès n’est pas équitable, personne n’obtient justice : ni la personne inculpée, ni la victime, ni la société.

 

On se réfèrera utilement à la synthèse du rapport en cliquant sur ce lien.

Théâtre d’ombres « FRONTIERES » du 23 au 28 février 15h – Paris

La compagnie Les Rémouleurs présente sa nouvelle création
de théâtre d’ombres

Frontières

Au Musée de l’Histoire de l’Immigration
293, avenue Daumesnil
75012 Paris
du 23 au 28 février à 15h

Spectacle à partir de 8 ans

Mardi 23 Février 2016, 15:00
Mercredi 24 Février 2016, 15:00
Jeudi 25 Février 2016, 15:00
Vendredi 26 Février 2016, 15:00
Samedi 27 Février 2016, 15:00
Dimanche 28 Février 2016, 15:00

frontieres_dsc_0208-photo-gallia-vallet

Compagnie Les Rémouleurs – Théâtre d’ombres

Papiers, contrôles, barbelés, murs, camps de rétention, extrême violence d’un monde qui se protège de plus en plus contre lui-même.
Ce spectacle retrace le parcours d’un migrant en un théâtre d’ombres, parabole musicale, sans paroles, de ces modernes odyssées.

« Alors que les médias célèbrent les héros modernes, sportifs, navigateurs et autres alpinistes, nous croisons chaque jour sans les voir des aventuriers d’une autre trempe, Ulysses anonymes et désargentés, qui ont affronté barbelés, policiers et passeurs, bravé tempêtes et traquenards, éprouvé la soif et l’attente dans le simple but de trouver une meilleure place dans ce monde. »

En savoir plus sur le musée de l’Histoire de l’immigration

Rassemblement pour les réfugiés le 27 février – place de la République à Paris

Le 27 février aura lieu une Marche européenne pour les droits des migrants.

Des citoyens se mobilisent dans toute l’Europe pour réclamer à nos gouvernements et aux institutions européennes d’agir maintenant pour garantir les droits humains fondamentaux de toute personne cherchant protection en Europe.

La plupart sont originaires d’Afrique (Soudan, Erythrée, Nigéria…) et d’Asie (Syrie, Afghanistan, Irak, Pakistan…), mais aussi d’Europe (Kosovo, Albanie, Serbie, Ukraine, roms de Roumanie et de Bulgarie…).

Samedi 27 février, 12h – 16h, Place de la République

Republique 500x375

  • Pas de classique minute de silence mais une « minute de piétinement » symbolisant le réfugié qui piétine et galère tout au long de son parcours, réalisée au moment du pic d’affluence

Tous unis et solidaires autour d’une même revendication : #SAFE PASSAGE.

Alors que 3 770 migrants sont morts en mer Méditerranée en 2015, l’Union Européenne ne répond à l’urgence que par des contrôles renforcés et la fermeture des frontières. En Grèce, les « hotspots » d’enregistrement et d’identification des migrants, de Lesbos, Chios, Leros et Samos, opèrent un tri entre les « bons » et les « mauvais » candidats à l’asile. En Europe centrale, après la Hongrie, la Croatie vient d’annoncer la fermeture de sept de ses huit passages frontaliers avec la Serbie. Quant à l’Autriche, elle a dernièrement renforcé les contrôles à sa frontière orientale.

En France, la préfecture du Pas-de-Calais a pris vendredi 19 février, un arrêté d’expulsion des migrants de la zone sud du bidonville situé à la sortie de Calais, en dépit de l’appel de huit associations demandant au gouvernement de reporter son projet. Celui-ci reste sourd à ces demandes et affiche sa volonté de voir le nombre d’exilés passer de 4 000 personnes à 1 500 quoi qu’il en coûte.

En France, majoritairement en Île-de-France, les roms qui fuient les discriminations subies en Roumanie et en Bulgarie survivent dans des bidonvilles que l’Etat s’évertue à raser. En 2015,  11 000 personnes – hommes, femmes et enfants – ont été expulsées, la plupart sans aucune solution de relogement ou même d’hébergement, au mépris de leurs effort d’insertion (emplois, scolarité…).

A Paris, les campements de rue se multiplient depuis plus d’un an. Ce sont ainsi des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont laissés à la rue par les autorités publiques. Leur seul crime : avoir fui des pays en guerre, des catastrophes économiques, des bouleversements climatiques et/ou la discrimination.
Ils dorment dans les parcs, sous le métro aérien, près des gares, chassés tous les jours par la police, laissés sans soin et sans suivi social ou juridique. Ils sont les invisibles de la République.


Réunis le 27 février 2016, place de la République, dans le cadre de la Marche européenne pour le droits des réfugiés, nous exigeons :
# Une véritable protection pour les demandeurs d’asile tout au long de leur parcours migratoire.
# L’arrêt des confiscations des biens des migrants aux frontières et sur leurs campements
# Le respect du droit à la vie privée et familiale pour les exilés.
# La liberté de circulation et d’installation pour les migrants.

« La course des Héros » au profit du Centre Primo Lévi : les inscriptions c’est très bientôt

course des héros

Depuis 2012, le Centre Primo Levi participe à la « Course des Héros », un grand évènement caritatif et festif qui rassemble chaque année plus de 3 500 personnes autour de plus de 200 causes.

Le principe est simple : pour pouvoir participer, chaque personne doit collecter auprès de son entourage (amis, famille, collègues…) un minimum de 250€ de dons pour soutenir l’action du Centre Primo Levi. La collecte se fait via une page internet mise à votre disposition une fois que vous vous serez inscrits (frais d’inscription de 15€). Lorsque l’objectif est atteint, vous recevez un dossard et nous prenons le départ tous ensemble le jour J sous les couleurs du Centre !

Depuis 4 ans, une soixantaine de coureurs et/ou marcheurs ont rejoint notre équipe et grâce à cette formidable mobilisation, près de 30 000€ ont été collectés.

Vous aussi, participez avec nous à cet incroyable élan de générosité !

course héros_2

La course aura lieu le 19 JUIN 2016 au Parc de Saint Cloud

Trois types de parcours sont désormais ouverts : 6 ou 10 km que vous pouvez réaliser au choix en marchant ou en courant, et tout nouveau, une course de 2 km.

Comme vous le savez, le Centre Primo Levi reçoit des personnes qui ont subi de très graves traumatismes, auxquels s’ajoutent l’exil et souvent des conditions de vie extrêmement précaires. La question de la langue est un véritable enjeu pour l’accès aux soins. Or, de plus en plus de nos patients sont non francophones et les besoins en interprétariat sont grandissants. Avec la crise syrienne et les conflits dans la région, on peut s’attendre à une forte augmentation du nombre de personnes en provenance du Moyen-Orient.

Cette année, notre objectif est de permettre à 60 personnes d’être accompagnées d’un interprète professionnel tout au long de leur suivi psychologique, pendant 1 an.

En attendant l’ouverture très prochaine des inscriptions, envoyez-moi un petit mot pour me dire si vous voulez relever le défi avec nous ou avoir plus d’informations !

Géraldine Rippert, Responsable des Fonds privés

grippert@primolevi.org – 01 43 14 88 52