COMMUNIQUE GREVE DE LA FAIM AU CRA DE PALAISEAU

 
Le jeudi 6 avril, 9 personnes retenues dans le Centre de rétention administrative de Palaiseau ont décidé d’entamer une grève de la faim pour dénoncer les conditions de leur rétention et leur placement en rétention.
Cela fait plus de 25 jours qu’ils sont enfermés, dans l’attente d’un vol pour un autre pays européen ou parfois en direction du pays d’origine.
Ils sont tchadiens, camerounais, géorgiens, ivoiriens, afghans, gabonais, algériens. L’un d’eux travaille en France depuis plus de 6 ans, a des enfants, un logement et n’a pourtant pas réussi à faire renouveler son titre de séjour alors que celui-ci était constamment renouvelé depuis 6 ans.
Certains ont des titres de séjour en règle (l’un d’eux affirme avoir un titre de séjour italien). D’autres relèvent de la procédure européenne « Dublin » (un étudiant de l’université Paris 3 notamment), et souhaitaient déposer une demande d’asile auprès de la préfecture de l’Essonne.
Pour eux, c’est cette dernière qui est responsable de la situation. L’incompréhension et le sentiment d’injustice s’est transformé en colère.
Ces hommes de tous les âges sont épuisés physiquement et moralement, la privation de liberté s’éternise, ils n’ont aucune information sur leur sort et l’attente d’une quelconque issue devient insupportable.
Ce geste fort, cette grève de la faim, est le seul moyen possible pour faire entendre leur volonté d’être remis en liberté, et d’avoir enfin une situation régulière. Ils veulent témoigner de leur situation, de leur détresse et de l’injustice dont ils sont victimes. Pour l’instant l’administration du Centre de rétention n’a pas réagi à leur protestation.
Rendons leur visite au 13 Rue Emile Zola, 91120 Palaiseau.
Horaires de visite : de 9heures à 11h et de 15 heures à 17 heures SOUTENONS LES !
 
 CRA
***


Publicités

« La nuit tombe sur l’Europe » Exposition Paris – Du 15 avril au 11 mai

Du 15 avril au 11 mai, à voir sous la Canopée des Halles l’exposition du travail du photographe Samuel Bollendorff ainsi qu’un film produit par les films du Bilboquet, projet réalisé en collaboration avec Amnesty International et soutenu par le fonds de dotation Agnès B.

La nuit tombe sur l’Europe expose les parcours d’exil et atteste des violences que les réfugiés subissent tout au long de leur parcours d’exil.

La nuit tombe sur l’Europe propose un regard différent sur celles et ceux qui sont contraints de fuir les violences des conflits ou les persécutions.

Ce projet est une enquête minutieuse que Samuel Bollendorff a pu conduire en se fondant sur nos rapports et nos sources et en se rendant sur ces étapes que les réfugiés doivent franchir pour tenter de trouver un refuge en Europe.

Un parcours à l’envers que seul le temps long du reportage autorise. Samuel Bollendorff a ainsi pu étaler ce travail d’enquête sur six mois, au printemps et à l’été 2016.

Son travail exposé fait dialoguer images et textes. Il restaure la parole des réfugiés pour témoigner des violences qu’ils subissent sur les routes de l’exil. De la violence des passeurs à celle des forces de l’ordre, des coups aux viols de la prostitution forcée à la détention. La violence décide souvent de leur départ et accompagne trop souvent leur fuite.

Les mots de ces hommes, de ces femmes et de leurs enfants sont livrés en regard des lieux qu’ils ont traversés pour tenter de trouver refuge dans une Europe qui s’érige en forteresse. Des lieux de passages photographiés vides pour souligner la déshumanisation. L’exposition se prolonge par un film, plan séquence de la nuit qui tombe sur une plage de mer Egée. Un symbole fort de cette Europe qui se ferme à celles et ceux qui sont uniquement en quête de protection. Une besoin humain, tout simplement.

Le texte de ce film est lu par Catherine Deneuve, figure citoyenne, qui rend hommage à ces destins malmenés sur la route de l’exil.

 

STOP AU MASSACRE A ALEP

Campagne de mobilisation : soutenez les médecins et hôpitaux à Alep

Raphaël Pitti est médecin, anesthésiste réanimateur, ancien médecin militaire, spécialiste en médecine de guerre, catholique ; il est actuellement chef du service de réanimation de la Polyclinique de Gentilly à Nancy.

raphael-pitti-un-medecin-sous-les-bomb

Il s’est rendu en Syrie une dizaine de fois depuis 2012, pour enseigner la médecine de guerre et construire des structures médicales, en lien avec l’organisation UOSSM que nous avons soutenu à plusieurs reprises et pour laquelle notre groupe a organisé des collectes de fond au travers d’évènements culturels.

Il achevait il y a une quinzaine de jours un séjour au Kurdistan syrien et souligne l’urgente nécessité de fournir à la population et au personnel médical un appui tout autant psychiatrique que matériel.

Aujourd’hui, Raphaël Pitti est de retour de Syrie et nous raconte…
… que le dernier hôpital a été détruit après plus d’une heure de bombardements : « Tous les hôpitaux ont été détruits avec une volonté systématique et quand ils ne l’étaient pas complètement la première fois, ils revenaient une deuxième puis une troisième fois pour les détruire », dénonce le médecin.

Il raconte une scène glaçante où des sages-femmes ont sorti des bébés des couveuses parce qu’il n’était plus possible de les réchauffer : « Elles s’enlaçaient les unes contre les autres en train de pleurer parce que ces enfants étaient bien sûr condamnés à mort ».

http://
Selon Raphaël Pitti, 250.000 civils sont encore pris au piège à Alep. Une situation qu’il dépeint comme « la plus grande catastrophe humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale ».
Il se dit « Attéré par la lâcheté des pays occidentaux… DAECH c’est 10.000 types… « 

Face à cette situation, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a demandé mardi 29 novembre que le Conseil de sécurité de l’ONU se réunisse « immédiatement » afin « d’examiner la situation de cette ville martyre et les moyens d’apporter secours à sa population ».

Mais quel est le pouvoir du Conseil de sécurité quand cinq de ses membres ont un doit de véto ?

Aider les migrants :#LEGRANDDEFI

Plutôt que de s’arroser d’eau glaçée ou de lancer au monde un de ces défis Facebook aussi saugrenu qu’inutile ; les jeunes de Sarcelles, Malik Diallo en tête ont lancé #LEGRANDDEFI.

Les quartiers se nominent pour préparer et livrer des repas aux sans-abris parisiens, migrants de dessous les ponts, sous tentes ou non… Nous espérons tous qu’il sera repris largement par tous les quartiers de France.

Sarcelloscope

sarcelles_defi_facebook_migrant

Initiative à diffuser largement.

Pour en savoir plus :

Le grand défi Facebook

 

 

 

L’enquête mondiale sur l’acceptation des réfugiés : les populations plus généreuses que les politiques

sondage réfugiés

«L’indice d’acceptation des réfugié·e·s révèle au grand jour le caractère honteux des politiques à court terme des gouvernements face à des gens qui fuient la guerre et la répression.
Les gouvernements doivent tenir compte de ces résultats, qui montrent clairement que la grande majorité des gens sont disposés à accueillir des réfugié·e·s dans leur pays et désireux de le faire.
«La réponse des gouvernements à la crise des réfugiés ne doit pas être dictée par les grands titres des journaux. Trop souvent, les responsables politiques tiennent des discours xénophobes contre les réfugié·e·s pour tenter de gagner en popularité.
Cette enquête montre qu’ils n’écoutent pas la majorité silencieuse accueillante, qui prend à cœur la crise des réfugié·e·s.»

«La grande majorité des gens sont disposés à accueillir des réfugiés dans leur pays.» Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International

En savoir plus sur l’enquête par ici…

POUR SIGNER LA PETITION : « La France doit faire le choix de l’accueil », c’est ici !

Pour télécharger le rapport complet (en anglais), c’est là !