Vendredi 12 décembre au théâtre de la Piscine de Châtenay Malabry – MATCH D’IMPRO pour les « 10 jours pour signer »

Mobilisation mondiale de soutien aux personnes en danger

Le vendredi 12 décembre à partir de 19H, le groupe Amnesty International des « Hauts de Bièvre » organise les 10 jours pour signer au Pédiluve – Théâtre de Châtenay – 254, avenue de la Division Leclerc – 92290 Châtenay-Malabry

« Votre regard est une arme »

10 jours_1

Contre les violations des droits humains
Amnesty International France appelle chacun à ouvrir les yeux sur 12 situations emblématiques de personnes menacées (victimes de torture, de discrimination, d’exactions commises par des multinationales, etc.) et passer à l’action en signant les pétitions mises en ligne à partir du 3 décembre sur le site dédié. L’opération vise à améliorer le sort des personnes mises en lumière et obtenir des libérations, condamnations de responsables de violations de droits humains, améliorations des conditions de détention…

Pour l’occasion un match d’improvisation théâtrale nous accompagnera dès 20H.
Il opposera les « Impropotams » aux « Kontrefaçons » !

10 jours_3

Un match d’impro : KESAKO ?
Ce sont 2 équipes qui s’affrontent à partir d’un thème commun en 2 mi-temps d’environ 45 min chacune.
A partir de thèmes… farfelus, merveilleux, ridicules, héroïques, étonnants, débiles… les comédiens sur scène vont inventer des histoires pour vous faire voyager dans d’autres espaces temps et sans doute vous faire rire !
Chaque thème est composé de 5 critères énoncés par un arbitre :
– La nature de l’impro : Comparée (une seule équipe à la fois) ou Mixte (les 2 équipes en même temps)
– Le titre ou thème de l’improvisation
– Le nombre de joueurs autorisés à jouer
– La catégorie de l’improvisation : libre ou à la manière d’un auteur ou avec un certain style
– La durée: de 45 secondes à plusieurs minutes.
Chaque équipe a ensuite quelques secondes pour réfléchir à une histoire avant le signal de départ donné par l’arbitre.

Après chaque impro, le public vote, et l’équipe qui a le plus de vote gagne un point.
Pas de panique, un « Maître de cérémonie » nous guide dans cette épopée…
Entrée et contribution libres
https://www.facebook.com/pages/Les-Kontrefa%C3%A7ons/1459390200984806
https://fr-fr.facebook.com/pages/Les-Impropotam/176487362163

Publicités

25 novembre – Journée Nationale Contre les violences faites aux Femmes

Mardi 25 Novembre à 14h – « Femmes & Cinéma »

Une occasion pour les femmes de se retrouver !

en partenariat avec l’IDSU « La Passerelle », le Centre Social Lamartine, l’Association des Berbères, l’Association La Teranga et le GERMAE. dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale,

« UNE HISTOIRE BANALE »

Tarif exceptionnel de 1€50 pour les femmes !

Les hommes peuvent bénéficier aussi d’un avantage tarifaire de 3€, s’ils sont en groupe, à partir de 10 hommes !

proposé dans le cadre de la Journée Nationale Contre les violences faites aux Femmes

Banale_2

Jeune femme de 30 ans, Nathalie a une vie active simple et agréable, travaillant dans le domaine de la santé, sortant souvent entre amis et collègues de boulot.
Joyeuse, rêveuse, amoureuse, elle se prépare à emménager bientôt avec son fiancé. Mais un soir, tout va basculer en quelques minutes.
Une histoire banale, mais qui laisse des traces.

Centre d’Action Cinématographique Le Rex
364, avenue de la Division Leclerc
92290 CHATENAY MALABRY

http://www.cac-le-rex.fr

« Les arrivants » – 16 novembre 18H30 – Le Rex

A les arrivants

de Claudine Bories et Patrice Chagnard
France – 1h50 – 2008

Pojection spéciale autour du thème de l’Exil dans le cadre du Mois du Film Documentaire
Samedi 16 novembre à 18h30 au cinéma Le Rex à Châtenay Malabry

Caroline est jeune, impulsive.
Colette, plus âgée, est compatissante et bordélique.
Face à elles, des familles venues du Sri Lanka, de Mongolie, d’Erythrée et d’ailleurs, demander l’asile en France.
Chaque jour il en arrive de nouvelles, avec ou sans passeport, avec ou sans bagage, dans des charters ou des camions bâchés…
Comment répondre à ce flot débordant de détresses et de besoins ? Le film raconte ce face à face tendu et explosif, émouvant et drôle, où chacun défend son rôle.

Le corps et les droits humains

rodin penseur

Prétendre vouloir défendre les droits humains c’est se poser plus ou moins explicitement la question du corps, sur le droit (au sens juridique mais bien évidemment aussi au sens moral) que l’on a ou pas d’en disposer et comment…

Car ce corps, qu’il soit incarné, disparu, contraint… est indissociable de la personne. C’est d’ailleurs ce qu’à retenu le droit civil…

S’interroger sur ce lien entre corps et droits humains, c’est se questionner sur notre conception à son sujet, sur ce qu’on lui accorde, sur ce qu’on lui inflige, sur ce qu’il devient, sur ce qu’il est devenu dans nos conceptions contemporaines et à ce titre, ce corps intéresse l’historien, l’anthropologue, le juriste, le médecin, le théologien, le philosophe, le biologiste, l’artiste… tout un chacun… sans oublier qu’il intéresse en dernière instance le législateur…

Une réflexion approfondie – qu’il conviendrait sans doute pour notre sujet d’élargir au domaine juridique ainsi qu’à d’autres conceptions et confessions culturelles – nous est proposée par l’association culturelle du centre de Robinson, dans le cadre des conférences-débats des « Entretiens de Robinson » sous la dénomination « Le corps : nouvelles capacités ou nouvelles limites ? »

Dimanche 20 Janvier 2013: 16h à 18h

« MON CORPS et LA SCIENCE » avec Jean-Pierre Lucas, médecin et Renée Koch Piettre, Anthroplogue, historienne


Dimanche 3 février 2013: 16h à 18h

« LE CORPS ENFERME » avec Pierre Jakob, Philosophe


Dimanche 10 février 2013: 16h à 18h

« Où TROUVER LE CORPS QUAND LA TOMBE EST VIDE? » avec Corina Combet-Galland, Théologienne

Entrée libre

Vous trouverez le programme sur ce lien

Temple de Robinson
36 rue Jean Longuer
92290 Châtenay Malabry

RER B Robinson, Bus 195, Arrêt les Prés Hauts

« Mission » au Théâtre de La Piscine le 19 janvier à 20H30

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le samedi 19 janvier, nous serons associés au théâtre La Piscine de Châtenay-Malabry.

Ce soir-là aura lieu Mission, une fiction théâtrale basée sur les témoignages de prêtres au Congo.
Après la représentation, le public pourra rencontrer Louis Guinamard, journaliste, ayant enquêté sur les violences faites aux femmes en RDC, et auteur d’un ouvrage de référence sur le sujet : « Survivantes ».

Dès aujourd’hui, la réservation est ouverte au théâtre au 01 41 87 20 84, en précisant de la part d’Amnesty International, ou au 06 78 30 22 00.

Les renseignements sur le théâtre sont disponibles sur son site dont voici le lien

Mission est présenté par un comédien seul sur scène, Bruno Vanden Broecke. Le texte de David Van Reybrouck se présente comme un monologue d’un prêtre belge, missionnaire au Congo. Il est écrit à partir de témoignages de plusieurs prêtres et évoque leur engagement, leurs relations avec leurs proches en Belgique, leur insertion au Congo. Apparaissent alors les crises de violence extrême que connaît cette région frontalière du Rwanda.

Louis Guinamard est journaliste. Au cours de deux séjours, l’un en 2006 et l’autre en 2010 de trois mois dans l’est du Congo, il a rencontré longuement les femmes victimes de viols, mais aussi des militants associatifs locaux, des acteurs de la mobilisation internationale, qui tentent d’endiguer l’expansion du phénomène du viol. Le livre qu’il a rédigé à la suite de ces rencontres nous donne à écouter les voix de ses femmes : « Survivantes, femmes violées dans la guerre en République Démocratique du Congo » (Editions de l’Atelier, 2010).

Sur cette vidéo, un interview de Louis Guinamard présentant son livre sur TV5 Monde.

Avec un courage exceptionnel, des femmes prennent la parole pour dire au monde ce qu’elles ont enduré, pour dénoncer leurs bourreaux, membres des diverses milices qui se sont battues à la suite du génocide rwandais de 1994 pour le contrôle de ce territoire riche en matières premières.
La voix de ces femmes est un fil fragile d’humanité par-delà l’indicible. Les écouter, c’est commencer à leur rendre justice.

Le site de l’éditeur offre une présentation du livre, accompagné d’autres extraits d’interview.