Dans l’enfer des prisons secrètes…

Voici un reportage de 17 minutes assez exceptionnel, tant peu d’anciens prisonniers de Guantanamo ne s’expriment après leur libération, un reportage donc réalisé par Marc Perelman, diffusé sur France 24 que vous pouvez voir et revoir en cliquant sur ce lien

La « guerre contre le terrorisme » – décrétée par George W. Bush – qui a suivi les attentas du 11 septembre 2001 a broyé des vies, comme celle de l’Italien d’origine marocaine Abou Elkassim Britel.

Restitution FR 24

Arrêté au Pakistan en 2002, il est livré aux services secrets américains, avant d’être transféré au Maroc.
Accusé d’appartenance djihadiste sans aucune preuve, il passe 9 ans en prison. S’il est désormais libre, pour lui rien ne sera jamais plus comme avant.
Cet homme a vécu les fameux vols secrets de la CIA également dénommés programmes de « restitution » et la détention secrète.

Il nous parle à l’occasion de la prison de TEMARA, centre de détention et de torture dont l’existence est niée par le gouvernement marocain et dont Zacharia MOUMNI nous parlait lors de l’Assemblée Générale d’Amnesty France à St Brieuc…

Le désarroi de cet homme nous rappelle les propos de Sibel Agrali, directrice du centre Primo Levi , qui à cette même AG, mettait l’accent sur les séquelles psychologiques très insidieuses…

On pourra relire utilement l’article du Monde daté du 01/02/2013 « Vols secrets de la CIA » : sept ans de prison pour l’ancien chef de la CIA en Italie

Publicités

Retour sur notre AG de Saint Brieuc

Grand moment (désormais annuel) de démocratie du mouvement, l’Assemblée Générale de Saint Brieuc a réuni près de 700 militants.

Nous ne mentionnerons pas ici les travaux de groupe ni les moments propres à Amnesty mais partageons les moments de manifestation, les témoignages et tables rondes qui nous ont apportés expertises et paroles émouvantes…

Une bouée humaine lumineuse pour demander la protection des migrants qui fuient les conflits. Cette photo nous servira désormais de logo pour toute la campagne internationale « SOS Europe ».

La bouée géante "SOS Europe" au port de Saint-Brieuc. Crédits photo : EOLE PHOTO - V.Lessirard. Publiée dans Ouest France. Expérience unique en France.  Cette image aérienne, réalisé samedi 28 juin, au dessus du port du Légué.

La bouée géante « SOS Europe » au port de Saint-Brieuc. Crédits photo : EOLE PHOTO – V.Lessirard. Publiée dans Ouest France.

De gauche à droite : Anne Nerdrum, cordinatrice Russie à AIF, Dominique Curis (animatrice de la table ronde), Coordinatrice défenseurs des droits humains à AIF, Ksenia Kosenko, activiste et sœur de l'un des prisonniers d'opinion de Bolotnaïa, François Chabanel, interprète russe - français, Sergeï Nikitine, directeur d'Amnesty International en Russie

De gauche à droite : Anne Nerdrum, cordinatrice Russie à AIF, Dominique Curis (animatrice de la table ronde), Coordinatrice défenseurs des droits humains à AIF, Ksenia Kosenko, activiste et sœur de l’un des prisonniers d’opinion de Bolotnaïa, François Chabanel, interprète russe – français, Sergeï Nikitine, directeur d’Amnesty International en Russie

Nous avons accueilli, Sergueï NIKITIN, Directeur du bureau d’Amnesty International de Moscou, accompagné de Xsenia KOSENKO, sœur de Michaïl KOSENKO, emprisonné dans un centre psychiatrique en Russie pour avoir manifesté sur la place Bolotnaïa.
Depuis, Michaïl a été libéré mais sa sœur nous a révélé qu’il est étroitement surveillé par un médecin qui vérifie qu’il prend bien son traitement médical dont il n’a en réalité nul besoin.
Un renvoi aux années de guerre froide lorsque l’Union soviétique internait ses propres ressortissants qu’elle jugeait gênants dans des hôpitaux psychiatriques…

Dessin d'Emmanuel Chaunu offert à Ksenia Kosenko pour son frère Michaël

Dessin d’Emmanuel Chaunu offert à Ksenia Kosenko pour son frère Michaïl


AG_5_BrR0Sr6IIAAyFL4

De gauche à droite : France Weyl, avocate au barreau de Paris, Sibel Agrali, directrice du centre Primo Levi ; Zakaria Moumni, champion du monde de boxe thaï, victime de tortures au Maroc, Alain Lesturgez (animateur de la table ronde), membre du CA d'AIF

De gauche à droite : France Weyl, avocate au barreau de Paris, Sibel Agrali, directrice du centre Primo Levi ; Zakaria Moumni, champion du monde de boxe thaï, victime de tortures au Maroc, Alain Lesturgez (animateur de la table ronde), membre du CA d’AIF

Nous avons également écouté le témoignage bouleversant de Zacharia MOUMNI, jeune marocain champion du monde de boxe thaïe qui, pour avoir dénoncé la corruption de la royauté, a été arrêté à l’aéroport de Rabat l’an dernier, torturé pendant 4 jours et condamné à l’issue d’un simulacre de procès à des années d’emprisonnement.
Les actions conjuguées d’Amnesty International et d’autres ONG ont permis sa libération par la suite. Très déterminé dans sa quête de justice, Zacharia a refusé l’arrangement financier proposé par le roi qui avait reconnu « l’erreur » et a porté plainte contre l’état marocain en France.

Zakaria Moumni

Zakaria Moumni

Eva Kubasiewicz avec la présidente d'AIF, Geneviève Garrigos

Eva Kubasiewicz avec la présidente d’AIF, Geneviève Garrigos

Enfin, une surprise de taille… le témoignage d’une ancienne prisonnière polonaise, Eva KUBASIEWISCZ, condamnée à plusieurs années d’emprisonnement en 1982, au moment de l’avènement du syndicat Solidarnosc.
Elle avait été prise en charge, à l’époque, par le groupe de Saint-Brieuc, ce qui accéléra par la suite sa libération.
Comble de l’ironie, elle recevait tant de lettres que le Directeur de la prison dut mobiliser un employé à temps plein pour organiser le tri de la correspondance.

Tous nous ont chaleureusement remerciés… insistant sur le soutien indispensable que représentent les courriers envoyés aux autorités ainsi qu’aux prisonniers eux-mêmes !

Dessin d'Emmanuel Chaunu durant le vote

Dessin d’Emmanuel Chaunu durant le vote

UNE CRISE MONDIALE DE LA BARBARIE, DE L’ÉCHEC POLITIQUE ET DE LA PEUR

30 ans après l’adoption d’une Convention par les Nations unies, 141 pays continuent de pratiquer la torture en 2014.

Ce terrible constat a amené Amnesty International a lancé une nouvelle campagne pour prévenir l’usage de la torture dans le monde.

Claudia Medina - Mexique

Claudia Medina – Mexique

Amnesty International va en particulier se pencher sur cinq pays dans lesquels cette pratique est monnaie courante et où elle pense
pouvoir obtenir des résultats non négligeables.


La section française et notre groupe local a choisi de travailler sur quatre pays pendant les deux ans de campagne :
1- Au Nigeria, policiers et militaires ont couramment recours à la torture.
2- Au Mexique, le gouvernement affirme que les cas de torture sont exceptionnels mais, en réalité, il est fréquent que la police et les forces de sécurité pratiquent ce type de sévices, et ce sans être sanctionnées.
3- Au Maroc et au Sahara occidental, les autorités enquêtent rarement lorsque des cas de torture sont signalés.
4- En Ouzbékistan, la torture est très répandue mais les tortionnaires sont rarement traduits en justice. Amnesty International n’est pas autoriséeà entrer dans ce pays.

Moses Akatugba - Nigeria

Moses Akatugba – Nigeria

Pour nous interposer entre le tortionnaire et la victime, nous entrerons dans les systèmes qui échouent à protéger les gens.

Nous veillerons à ce que :
• dès le début, les détenus puissent consulter un avocat ;
• les avocats soient présents pendant les interrogatoires ;
• des médecins soient disponibles pour examiner les détenus ;
• les détenus puissent entrer en contact avec leurs familles ;
• les aveux obtenus sous la torture ne puissent jamais servir de preuves ;
• toute personne ayant participé à des actes de torture soit traduite en justice.

Vous pouvez dès à présenter sur ce lien signer 3 pétitions en faveur de 3 personnes

Dilorum Abdoukadirova - Ouzbekistan

Dilorum Abdoukadirova – Ouzbekistan

REJOINGNEZ-NOUS !
Retrouvez-nous dès vendredi 16 mai au RER de Massy Palaiseau de 16H30 à 19H… dimanche matin 18 mai au marché du Plessis Robinson, le samedi matin 14 juin au marché de Verrières Le Buisson…