Ciné Débat « L’homme qui répare les femmes » – Mardi 8 mars – 20H – Juvisy

A l’occasion de la Journée des Femmes, le groupe Nord-Essonne présente le 8 mars le film « l’homme qui répare les femmes » au cinéma Agnès Varda – 37 Grande Rue – 91260 Juvisy dès 20H.

A la suite de la projection, la discussion sera animée par Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France.

affiche_du_film_l_homme_qui_r_pare_les_femmes_10158

Le film « L’homme qui répare les femmes », c’est l’histoire du Dr Mukwege, citoyen de la République Démocratique du Congo, qui prend en charge les cas des femmes, premières victimes des conflits armés, violences et viols.

 

« Prix Sakharov 2014, le docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui « répare » des milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche. Il mène une lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo.

 

En novembre 2013, nous avions consacré un post à cet homme exceptionnel (Voir le post sur ce lien).

Publicités

25 novembre – Journée Nationale Contre les violences faites aux Femmes

Mardi 25 Novembre à 14h – « Femmes & Cinéma »

Une occasion pour les femmes de se retrouver !

en partenariat avec l’IDSU « La Passerelle », le Centre Social Lamartine, l’Association des Berbères, l’Association La Teranga et le GERMAE. dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale,

« UNE HISTOIRE BANALE »

Tarif exceptionnel de 1€50 pour les femmes !

Les hommes peuvent bénéficier aussi d’un avantage tarifaire de 3€, s’ils sont en groupe, à partir de 10 hommes !

proposé dans le cadre de la Journée Nationale Contre les violences faites aux Femmes

Banale_2

Jeune femme de 30 ans, Nathalie a une vie active simple et agréable, travaillant dans le domaine de la santé, sortant souvent entre amis et collègues de boulot.
Joyeuse, rêveuse, amoureuse, elle se prépare à emménager bientôt avec son fiancé. Mais un soir, tout va basculer en quelques minutes.
Une histoire banale, mais qui laisse des traces.

Centre d’Action Cinématographique Le Rex
364, avenue de la Division Leclerc
92290 CHATENAY MALABRY

http://www.cac-le-rex.fr

Journée des réfugiés : 28 juin à La CIMADE

Aujourd’hui 20 juin est la journée internationale dédiée aux réfugiés.

50 millions dans le monde !

Rapporté à la population par pays, ce pays de « réfugiés » s’il existait se placerait au 26ème rang mondial !

Pour mémoire, nous sommes 65,7 millions en France.

Pour mieux comprendre les différents types de réfugiés, de migrants et de personnes déplacées,cliquez sur ce lien.

amnesty cimade

Pour mieux sentir ce qui se cache derrière les chiffres… Cliquez là

Il est temps que les pays développés cessent de penser en termes de  » nous  » et  » eux « .

Les réfugiés et les demandeurs d’asile ont souvent enduré de terribles épreuves, ils méritent d’être protégés et traités avec humanité et dignité.

Notre groupe sera présent à La CIMADE le 28 juin après midi.
La CIMADE organise cette journée du réfugié dans ses locaux à Massy
au 80 RUE DU 8 MAI 1945

cimade

Depuis le début des années 60, le Centre International CIMADE de Massy a accueilli plus de 5000 personnes, hommes et femmes, étudiants et réfugiés, venant de plus de 100 pays. Aujourd’hui, plus de 80 réfugiés statutaires, de 30 nationalités différentes, vivent sur ce site et 40 autres en appartements éclatés sur le département de l’Essonne. Les personnes accueillies mettent en place avec l’équipe du centre leur projet d’insertion dans leur nouvelle société d’accueil.

Le viol comme arme de guerre

Depuis mardi à Londres se tient une conférence sans précédent pour mettre fin au viol comme « arme de guerre ».

Une centaine de délégations, quarante-huit ministres des Affaires étrangères sont présents sous la houlette d’Angelina Jolie, ambassadrice de bonne volonté du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés et du chef de la diplomatie britannique, William Hague, ONG, religieux, experts militaires et juridiques, associations humanitaires et membres de la société civile, et surtout, des victimes et des témoins.

viol_2

Dans le cadre de cet événement, le plus grand jamais consacré au sujet, FRANCE 24 propose de redécouvrir un webdocumentaire réalisé en août 2010 dans le Nord-Kivu par Zoé Lamazou et Sarah Leduc ; « Congo : la paix violée » auquel vous pouvez accéder en cliquant sur ce lien.

viol_3

Rappelons que cette véritable planification de destruction ne concerne pas le seul Congo mais également a minima le Rwanda, le Sierra Leone, la Bosnie et très probablement la Syrie actuelle…

Selon les Nations unies, 200 000 femmes auraient subi des violences sexuelles en République démocratique du Congo depuis 1998.
Elles seraient entre 250 000 et 500 000 victimes de viol au Rwanda en 1994 lors du génocide, elles auraient été près de 60 000 lors du conflit en Sierra Leone, et au moins 20 000 en Bosnie au début des années 90.

Ciné Massy et la journée des droits des femmes …

DANS LE CADRE DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DES FEMMES, PAROLES DE FEMMES ET LE COLLECTIF DU 8 MARS 2014 PROPOSENT UN DÉBAT, à L’ISSUE DE LA PROJECTION du FILM « LE SAC DE FARINE », LE LUNDI 10 MARS à 20H45 au Ciné Massy.
logocinémassy

Le débat sera animé par Kadija LECLERE, réalisatrice.

sac farine

Cette soirée est tout spécialement dédiée à Evelyne Mespoulhès qui s’était investie très tôt dans les luttes féministes et tout particulièrement contre les violences conjugales.
Evelyne Mespoulhès, amie d’Amnesty, avait qui nous avions collaborés dans le cadre de ciné débat nous a malheureusement quittés le dimanche 9 février.

inE Mespoulhlès

Inlassablement on se pose la même question : pourquoi une Journée Internationale des droits des femmes ?

Inlassablement on rappelle la gravité de ce fait de société :

En 2012 en France, 148 femmes sont décédées sous les coups de leur compagnon, 404 000 femmes déclarent avoir subi des violences physiques ou sexuelles par leur conjoint ou ex conjoint en 2010/2011.

A travers le monde des milliers de femmes voient leurs droits fondamentaux bafoués parce qu’elles sont femmes, droits à la liberté, à l’ éducation, à la dignité

En France les lois existent mais à elles seules, elles ne suffisent pas à faire évoluer les mentalités et les comportements ; les chiffres sur les violences ne diminuent pas, les inégalités perdurent.

C’est pourquoi, le 8 mars, journée dédiée aux femmes, à Massy depuis de nombreuses années, un Collectif d’associations et de services municipaux propose des rencontres et des échanges afin de faire évoluer le regard porté sur les femmes.

Pour en savoir plus sur le film, Cliquez ici

Dr Mukwege, récompensé pour sa lutte active contre le viol comme arme de guerre

C’est un des thèmes qui nous tient particulièrement à coeur et on ne peut que se réjouir que le Dr Mukwege soit sous les feux de l’actualité !

Le Docteur Denis Mukwege, a été désigné lauréat du Prix de la fondation Jacques Chirac, pour son action en faveur des femmes victimes de viol dans les conflits armés, notamment dans la province du Kivu, en République démocratique du Congo.

Un prix pour ouvrir les yeux !

Mukwege_3

Gynécologue et fondateur de l’hôpital Panzi à Bukavu en RDC a donné un interview sur 28 min (arte) que vous pouvez revoir ici.

Mukwege_2

Son travail est exceptionnel, sa vision tristement réaliste et ses propos à la fois factuels et mobilisateurs (et devraient l’être bien plus…).

Partout où il y a des richesses minières, il y a usage de viol collectif, commandé, programmé, planifié comme arme de guerre, on ne le dira jamais assez. Et ceci ne concerne pas la seule RDC bien sûr !

Les récompenses attirent les projecteurs sur sa cause, reconnait-il. Les dotations facilitent son action curative.
Mais quid du travail pour enrayer le mal ?
« Comment est-il possible que le monde ne réagisse pas davantage à ce qui représente un déni d’humanité ? se demandait-il encore, mercredi, en débarquant à Paris en provenance de RDC.
Comment est-il pensable que les acquis de la civilisation reculent à ce point et qu’on reste inertes ?
Plus de 500 000 femmes ont été violées au Congo depuis 1996. Avec cruauté et barbarie. Souvent de façon planifiée, organisée, mise en scène. Car il s’agit bien d’une stratégie. D’une arme de guerre. Et celle-ci est d’une efficacité redoutable. »

Ici accès à une carte des forces en présence en RDC